Islam : la Sagesse et la simplicité d’un culte :

Publié le par Kader

 

Et quand Mes serviteurs t'interrogent sur Moi.. Alors Je suis tout proche : Je réponds à l'appel de celui qui Me prie quand il Me prie. Qu'ils répondent à Mon appel, et qu'ils croient en Moi, afin qu'ils soient bien guidés. (Qur’an 2.186)

Je crois que personne sur cette Terre ne peut juger proprement d'une situation sans faire des erreurs de jugements ou d'interprétations. A ce titre Je respecte largement les autres convictions religieuses. Juifs, Chrétiens et Musulmans, bien que nous soyons de bord différent, il me semble à juste titre, que nous adorons un Dieu de la même  manière sous des appellations différents.

Je ne suis dans mon vie actuelle qu’un simple Musulman sur le chemin de son Islam, un dogme que j’ai hérité de mes parents qui à leur tour l’on hérité de leurs parent et ainsi de suite.

Ceci est mon héritage et bien entendu je garde une certaine fierté dans ce sens et j’estime que mon islam se présente comme la fin du Judaïsme, du christianisme, comme leur achèvement, comme le sceau de la voie divine et le final à cette vraie voie. Je respecte largement les autres convictions religieuses. Singulièrement pour les musulmans, c’est pour des raisons bibliques que nous critiquons la falsification et violence de la Bible quant à moi, il ne fait aucun doute que si la Bible est un texte inspiré, elle ne l’est pas par une force bénéfique.

C’est un euphémisme !!!

La cohérence et la simplicité de la doctrine ont conféré à l’islam, dès le début, une puissance de conviction qu’aucune autre religion n’a connue vis-à-vis de cet Islam dont la Rationalité n’est pas à prouver, elle s’inscrit dans la simplicité de son culte.

Les dogmes de l'islam sont simples.

Sont-ils suffisants ?

Sont-ils authentifiés par Dieu ?

Sont-ils d'origine divine ? 

Il y a de fortes probabilités que OUI !

L’islam tient la générosité, l’ouverture d’esprit, la tolérance, la douceur, la liberté de la femme et des mœurs, les valeurs Humaines, pour des marques de décadence et c’est justement toutes ces valeurs qui permettent à nous les musulmans de vaincre quotidiennement nos faiblesses et qui puisent dans leurs 14 siècles de civilisation pour inciter des valeurs universelles, cependant j’estime que le principal handicap de l’Islam, c’est juste son succès !!!!!!!

Heureusement par la rationalité de son dogme et le naturel de son culte, l’islam offre une aisance clairvoyante et rafraîchissante dans  la réconciliation avec raison, connaissance avec foi et doctrine avec philosophie et surtout laisse pour toujours son bref ressort de libéralité et d’innovation.

Pour l’Islam l'objectif final n'est ni de punir ni de contraindre, mais bien de permettre à chacun de se guérir de la mésestime de soi, et d'entrer alors dans cet aspect de diversité et de bonne proximité, auquel nous sommes tous conviés tous Hommes et Femmes d’une société.

Je réponds aux attaques à propos de l’Islam, pour avancer que l’Islam assure une liberté complète dans le dialogue interreligieux, qu’il encourage et soutient. L’Islam demande aux musulmans de faire preuve de sens critique et de rationalité dans ce dialogue. Ils doivent développer des thèses convaincantes. Le Qur’an explique ainsi :

« Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les hommes) à (suivre) la voie de ton Seigneur, et discute avec eux de la meilleure façon. » (Qur’an, 16, 125)

Le Qur’an affirme encore en s’adressant aux croyants :

« Et ne discutez avec les gens du Livre, que de la meilleure façon. » (Qur’an, 29, 46)

Continuellement, le Qur’an s’adresse à l’être humain pour réveiller la sagesse du croyant qui reste la capacité de distinguer le vrai du faux, la lumière des ténèbres,.

Il donne la sagesse à qui Il veut. Et celui à qui la sagesse est donnée, vraiment, c'est un bien immense qui lui est donné. Mais les doués d'intelligence seulement s'en souviennent (Qur’an 2.269

Je peux affirmer que si le savoir peut s’acquérir par des inscriptions dans des Universités, aucune université ne peut donner un diplôme de sagesse. Sans oublier de préciser que Philosophie, en grec, signifie d’ailleurs aimer la sagesse.

Cette quête de sagesse et de santé spirituelle par recherche permanente et la prévention contre les mensonges divers est le message permanent qu’Allah a donné à tous ses messagers. Et à chaque fois, la bêtise se fait sagesse et la quête de la sagesse devient un amas sans fin de faiblesses.

A propos de la femme, mon Islam, considère en réalité que les femmes sont complètement égales aux hommes aux yeux de Dieu et que les uns et les autres seront récompensés uniquement en fonction de ce qu’ils (ou elles) auront fait dans leur vie, et non en raison de leur sexe.

Le Qur’an dit : « Les musulmans et musulmanes, les croyants et croyantes, obéissants et obéissantes, les loyaux et loyales, les endurants et endurantes, les donneurs et donneuses d’aumônes, ceux et celles qui jeûnent, les gardiens de leur chasteté et les gardiennes, ceux et celles qui invoquent souvent Dieu : Dieu a préparé pour eux un pardon et une énorme récompense » (Qur’an 33:35).

Nous voyons encore que l’Islam insiste sur le fait que la famille est la première cellule sociale, si elle est saine toute la société l’est également, autrement tout s’écroulera comme un château de carton. Il faut savoir aussi que la famille est la première école de l’homme. La maman plus particulièrement, puisque c’est elle qui, la première, contribue à l’éducation de l’enfant, c’est-à-dire des générations de demain, son empreinte marquera à jamais l’avenir de toute la société.

C’est pourquoi le Qur’an met l’accent sur la femme. Il a légiféré pour elle seule beaucoup plus qu’il n’a fait pour l’homme. Peut être par rapport à ce que chacun accomplit et non jamais en raison de la masculinité ou la féminité.

Ainsi est le statut authentique de la femme musulmane, loin de ces prêcheurs à la solde et ces détracteurs qui veulent rendre l’islam source de répression.

En aucun cas l’Islam ne fait de la femme une machine à bébés ou lui demander à  se raser les cheveux de la tête.

Aussi je reviens aux arguments centraux à mes yeux, à savoir que certains historiens voient dans l’Islam et le Coran des vestiges de sources judéo-chrétiennes.

J'ai une explication rationnelle et habituelle à cela, pendant une grande partie de l'histoire de l’Islam, les théories circulent, toutes les religions monothéistes appartiennent à la même tradition sémite, et l’islam est venu rénover cette tradition. Il fut une révolution en son temps contre cette tradition, révolutionnée, reproduite au nom d’un retour à la tradition abrahamique. En un sens, la tradition judéo-chrétienne se retrouve dans l’islam, mais renouvelée et actualisée. Et n’oubliez pas que le monothéisme est une seule et même souche; c’est dans les détails que se distinguent les religions, les unes par rapport aux autres.

On se rappelle qu’en tant que Sceau de la prophétie et de la Révélation, notre Prophète a tout fait, dès l’avènement de l’islam, pour rallier sous sa bannière les adeptes des autres révélations abrahamiques, la source du message islamique étant la même que la leur, notre religion se voulant un retour à la tradition véritable d’Abraham. Or, sa main tendue fut rejetée et il fut combattu comme une hérésie,  mais il s’est imposé, envers et contre tous, grâce surtout à sa vision humaniste et ses principes magnifiant la condition de l’Homme en tant que créature éminemment libre et raisonnable de Dieu.

Le but de l’Islam est donc bien moins de glorifier un quelconque conservatisme qu’à amener à s’en libérer et à vivre sa religion plus paisiblement en acceptant l’autre, notre semblable, et non plus en le rejetant, comme c’est le cas aujourd’hui,   alors qu’on baigne dans la même tradition  et de l’interprétation de notre foi afin qu’elle garde son cachet inimitable, celui d’une religion toujours révolutionnaire, et de ses visées sublimes !

C'est pourquoi, plus que jamais, un grand besoin de démythification se fait sentir. Une nouvelle interprétation est nécessaire et urgente, ainsi qu'une révision critique et historique des textes hébraïques et chrétiens. Le judaïsme qui existe aujourd’hui est la branche du judaïsme antique qui a refusé de reconnaître en Jésus le Christ, ce Messie que les Juifs avaient plutôt imaginé chef de guerre. Ayant échoué à s’étendre sur le monde entier, le judaïsme se replia sur lui-même : du monothéisme, il est aujourd’hui celui auquel il est le plus difficile de se convertir et d’intégrer la communauté, tant le souci de préservation de l’identité et de la tradition religieuses semble exiger de n’admettre que des individus apportant suffisamment de garanties d’une conversion profonde, ce qui fait que cette religion reste bien timide et pleure énormément sur son passé et la malédiction qui l’a toujours frappée, pour rester juste une croyance de spectacle d’un peuple élu devenu le cancer de l’humanité.

Le coeur de la foi chrétienne, ce ne sont ni les «prodiges», ni les «miracles» ni les «guérisons», mais ceci : le Christ est mort pour leurs péchés, selon les Ecritures, il est ressuscité le 3ème jour, selon les Ecritures.

On nous a toujours dit que l’Évangile, c’est l’incarnation du Verbe de Dieu. Le Verbe s’est fait chair. Il ne s’est pas fait symbole, ni pur esprit mais une chair brisée par la flagellation et les offenses. Un symbole n’a jamais sauvé qui que ce soit.

Dans l'histoire de l'Eglise relate un Dieu Miséricordieux qui recommande de tuer son Fils pour établir une Religion ne semble pas Convenable très claire pour apporter une vérité et également  incapable pour montrer la Bonne Voie.

En effet, tous les récits mythiques des évangiles placent en premières lignes un bouc émissaire destiné à apaiser la violence et la Colère d’un Dieu, "le christianisme raconte la même scène, mais du point de vue de la victime innocente",

Lés chrétiens veulent tout simplement de nos jours une interprétation qui conviendrait a leurs pensées discursive pour adorer le divin Seigneur comme ils l'entendent

Pour sa part, l’Église insiste sur le fait que le culte des reliques et des saints est un culte de dulie, c'est du paganisme pur et simple qui renie le fondement et la base même du christianisme. Si donc le christianisme est religion de quelque chose, il ne peut être que la religion du Christ. Et le Christ n’est pas un livre.

Cependant il y a bien pire pour défigurer la liturgie chrétienne, ce sont les chants d'une rare ineptie, quasi frisant l'imbécillité; ces textes prennent vraiment les fidèles pour des demeurés qui accepteraient de répéter n'importe quoi, même les textes à faire pleurer.

On a composé de la musique sacrée depuis le XVIe parfaitement incompréhensible aujourd’hui mais on préfère obliger les fidèles à balbutier des chansonnettes de feu de camp.

Ainsi l’Islam reste dans une meilleure position par rapport aux autres religions, car il présente  la continuité dans le  Rationnel, dans la Sagesse et dans le Renouvellement.

Malheureusement, Musulmans que nous sommes, nous n’avons pas les moyens de faire des miracles éblouissant qui inquiéteraient nos interlocuteurs.  Au-delà de la simplicité du culte, de la foi,  les musulmans essayent de faire vivre des valeurs morales qui visent à améliorer le sort de l’humain dans ce passage éphémère sur cette terre. Il faudrait pouvoir se consacrer à Dieu seul, en faire notre sens vital pour espérer obtenir quelques lueurs de sa grandeur, il y a dans la langue du musulman puisait dans le patrimoine de sa foi islamique, la base de ses conceptions et des motivations de son action toute une série de mots à connotation religieuse qui font explicitement et directement référence à Dieu, à son prophète, à l’obéissance aux commandements religieux, etc.

Le musulman est convaincu que son autorité vient de Dieu tout-puissant au-dessus de toutes choses. Du matin au soir et du soir au matin, son vocabulaire est tout imbibé de l’idée de Dieu.

Voilà en quelques mots ce que je désirais dire à propos de l’Islam pour qui la Foi ne s’impose pas, elle se développe en fonction de notre vie et du temps consacré à notre quête spirituelle. Je n’ai pas besoin de théologies ni de philosophies pour dire une vérité fort simple: le cœur de chacun doit lui appartenir, son choix doit lui appartenir,  son chemin il doit le tracer lui même.

La Foi est quelque chose de personnel et la croyance représente une approche vers Dieu. .

Savoir quel est le meilleur chemin pour y arriver, est également quelque chose de personnel, libre à chacun de suivre le chemin qui lui convient le mieux.

Dieu étant le même pour toutes ses créatures.

Que Dieu nous rend l’Amour et  l’attention que nous avons pour Lui Inch Allah !          

C’est une de mes  convictions les plus intimes.

L’acte le plus noble est de trouver Dieu, pas de savoir quel est le meilleur chemin et je vous le souhaite  à tous les lecteurs de ce blog.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article